Le titre? Un surnom au primaire qu’une religieuse m’avait donné. Je crois que c’est ce qui explique son petit côté sympathique… Quand j’étais jeune dans les années ’70, on disait des enfants comme moi, qui bougeaient beaucoup, qu’il étaient hyperactifs. L’hyperactivité en tant que trouble est apparue dans le DSM-II en 1968. Aujourd’hui, la situation a bien changé, et c’est un sujet qui a pris beaucoup d’importance dans le milieu de la santé, de l’éducation et de la famille. Mais une fois l’enfance et l’adolescence terminées, est-ce que c’est toujours là?

Le TDAH adulte

Le TDAH adulte est quelque chose qui n’est pas « plus récent », mais disons qu’on s’y intéresse « par ricochet ». Des livres et outils pour l’adulte, il n’y en a pas beaucoup. C’est un trouble du développement qui doit être présent durant l’enfance pour être défini comme TDAH. On se souvient qu’une grande partie du diagnostic fait avec le neuropsychologue est basé sur des observations et études de la période de l’enfance. On parle du présent, mais toujours en se basant sur le passé.

Mon constat c’est que ça se transforme beaucoup en vieillissant. L’hyperactivité physique se transforme en agitation interne, on est constamment en mode « stimulation », si on veut. Par exemple, c’est difficile pour moi de mettre mon cerveau en veilleuse, mais taper du pied, bouger les doigts, devoir se lever lors d’une réunion, ce sont des choses que je vis encore souvent.

Quelques chiffres

Plusieurs sources indiquent qu’environ 5 à 6 % des enfants sont atteints de TDAH, et on parle souvent de 4 % chez les adultes. D’après mes lectures, les chiffres semblent confirmer qu’il y a bel et bien une petite diminution dans la population adulte. La majorité de ce que j’ai lu mentionne qu’il y a peu de différence entre garçons et filles, mais que l’hyperactivité/impulsivité sont plus remarquées chez les garçons, alors que le volet attentionnel est plus souvent associé aux filles.

Définition? Pas si facile que ça…

Fidèle à moi-même, je propose ici quelques définitions qui proviennent de différentes sources, afin de rester le plus neutre possible sur ce volet. Je dis « pas si facile que ça », car même s’il y a un tronc commun d’information brute, il y a beaucoup d’interprétations. Autre difficulté, introduite dans mes premiers paragraphes, est que les définitions trouvées ne sont pas nécessairement spécifiques à l’adulte.

En gros, selon le DSM-IV voici les principaux symptômes :

  • Inattention
    • A du mal à soutenir son attention (cours, lectures, conversation);
    • Ne semble pas écouter quand on lui parle;
    • Ne se conforme pas aux consignes, et ne termine pas ses tâches;
    • Éprouve de la difficulté à planifier, et à s’organiser au quotidien (travaux ou activités);
    • Évite ou fait à contrecœur les tâches qui demandent un effort mental soutenu;
    • Perd ses objets (notes de cours, agenda, livres, clés);
    • Est facilement distrait par des stimuli externes;
    • Fait des oublis fréquents (rendez-vous, rencontres).
  • Hyperactivité
    • Remue souvent les mains et les pieds, bouge sur son siège;
    • A de la difficulté à rester assis;
    • Court et grimpe (chez l’adulte: bougeotte);
    • A de la difficulté à rester tranquille (travail et loisirs);
    • Est souvent « sur la brèche », ou survolté;
    • Parle trop.
  • Impulsivité
    • Répond aux questions avant qu’elles ne soient formulées;
    • Arrive difficilement à attendre son tour;
    • Interrompt souvent les autres ou impose sa présence (fait irruption dans les conversations).
    • Hypersensibilité

Source 

Ah notre cerveau!

Si l’Asperger est un état du cerveau (la façon dont les hémisphères fonctionnent), le TDAH, lui, est un «trouble» parce que c’est plutôt associé à un débalancement chimique provenant du cerveau.

C’est drôlement plus complexe que ce que je vais dire, mais l’idée c’est de permettre de comprendre un minimum…

On le sait, le cerveau gère tout. Il communique avec le reste du corps humain en transportant un influx nerveux. C’est un « genre » de courant électrique qui part du cerveau, et qui se rend jusqu’à sa cible. Pour se rendre à sa cible, il voyagera en passant d’une neurone à l’autre. La chimie dont il est question est entre les neurones, c’est là que ça se passe; c’est ce qu’on appelle la synapse.Pour que le courant passe bien, la synapse a besoin d’un conducteur, une matière chimique composée de neurotransmetteurs.

Il y a en a plusieurs. Ceux qui sont liés au TDAH, et dont on entend le plus parler sont :

Le TDAH est donc lié à un débalancement de ces neurotransmetteurs.

Si on veut pousser plus loin la réflexion sur l’effet général sur le corps, selon ce que je lis, la sérotonine pourrait aussi avoir un rôle à jouer, entre autres sur les effets sur le sommeil, et sur la santé en général, via le rythme circadien. Sujet d’un autre billet? 😉

Le TDAH et l’Asperger (TSA), c’est biologique!

Dans mon cas, ma coach et moi pensons que l’Asperger est plus important que le TDAH chez moi. En fait, ce qui vient le plus influencer mon quotidien, qui me donne plus de défis, c’est l’Asperger. Mais le TDAH a une influence sur une bonne partie de ces même défis…

Récapitulons un peu tout ça. Ok ?

l’Asperger c’est une condition. C’est la façon dont mon cerveau est branché. Cela amène une façon de percevoir les choses, et d’avoir des réactions aux stimuli différemment d’une grande majorité de gens.

Le TDAH de son côté est un débalancement de la chimie des neurotransmetteurs, qui vient, lui aussi, amener son lot de défis en plus d’amplifier certains aspects de l’Asperger. Il y a plus de conséquences «physiques», mais c’est un peu plus facile à gérer socialement.

Certains de ces défis sont communs aux deux, et d’autres points sont aux antipodes. C’est ici où l’autisme prend son caractère unique, individuel, dans la combinaison des manifestations. Ce fameux Spectre de l’autisme…

Juste pour illustrer quelques combinaisons qui m’amène de situations disons …«particulières» :

L’impulsivité(TDAH) + Souci du détail(TSA) + difficulté de communication(TSA) = Tout veut sortir en même temps, et sort structuré pour mon propre cerveau, et non celui des autres…Tout croche pour un neurotypique ;-P

Les expressions exagérées(TSA) + les défis de coordination(TSA) + l’impulsivité(TDAH) = Suppression des filtres, communication biaisée, situations sociales difficiles particulières…mais des fois, ça fait rire. 🙂

La «sur analyse»  du détail(TSA) + l’hypersensibilité(TSA et TDAH) = Réaction exagérées, malaise et anxiété en public, ou dans les événements où il y a beaucoup de bruit et/ou de personnes.

Parfois, le TDAH et l’Asperger se complètent, et amplifient une situation, d’autre fois les effets s’annulent. Donc, le fait d’avoir 2 conditions peut être aidant, ou empirer certaines situations. Ça permet de comprendre que dans le cas d’un diagnostic mixte, la médication diminuant les effets du TDAH peut devenir difficile à prescrire, entre autre, parce qu’il des risques d’amplifier certains autres aspects du côté Asperger.

La Course et Touquie, ma médication à moi

Depuis 1 an et demi, j’ai développé une nouvelle passion, une nouvelle drogue : courir. J’ai commencé à courir pour gérer mon diabète, mais je me suis vite rendu compte que les journées où je ne courais pas, mon caractère était différent. Vous me voyez venir…

Ça fait un bon p’tit bout que je mentionne que la course régule plein de choses dans ma vie; bien c’est à ça que je faisais référence. C’est mon TDAH. Ça m’aide beaucoup avec l’impulsivité et la gestion de l’énergie au quotidien. La course estmaintenant pour moi tellement importante! Quand je me suis blessé l’an dernier, ça a été pour moi une période vraiment difficile.

DSC_0386En plus, je ne cours pas seul, je cours avec Touquie, avec qui je suis tombé en amour. C’est un chien qui a beaucoup d’énergie et toujours prête à la dépenser.

La communication est simple et facile avec Touquie, ce qui fait plaisir à l’Aspie en moi.  Il n’y a pas d’ambiguïté, pas d’efforts d’encodage ou de décodage. 😉

On va «brûler notre gaz» tous les deux ensemble en fin de journée ensemble, avec un plaisir incroyable.

 

Publié par Philippe Ouellette

Je suis Geek et fier de l'être. J'ai 15 ans d'expérience dans les technologies de l'information. Travaillant sur plusieurs plateformes, je suis expert utilisateur des solutions Microsoft dont SharePoint et Office365. Souvent premier à essayer de nouveau produits ou concepts, je fais partie des novateurs et j'aime à cultiver la créativité et l'innovation au quotidien. Je suis aussi un grand disciple d'un mode de vie santé. Je pratique activement le canicross, la course à pied, le vélo, le badminton et la randonnée pédestre.

3 commentaires

  1. Excellent article! C’est très bien vulgarisé.

    Aimé par 1 personne

    Réponse

  2. Je te félicite Philippe pour ton acceptation, et tu nous fais mieux comprendre tout ce que ça implique.. avec tes textes.
    Quel beau souvenir ta photo.❤️Joli, joli ce p’tit bonhomme blond.x

    Aimé par 1 personne

    Réponse

Répondre à Marie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s